Menu
icone Super-blagues Super-blagues.fr

Ajouter une blague

Autres

Changer de rubrique


Un homme se retrouve en enfer face à Satan qui lui présente trois portes :
- Maintenant tu vas devoir choisir la chambre dans laquelle tu resteras pour l'éternité.
Le mec passe la première porte. Il entre dans une pièce dans laquelle les gens sont tous en équilibre sur leur tête, sur du carrelage.
Le type se dit en voyant ça : "ouille, ce sol me semble un peu dur pour ma tête. Je vais essayer une autre porte"

Alors il essaie la deuxième porte et se retrouve dans une autre pièce, dans laquelle le sol est cette fois du parquet.
Là encore, tout le monde est sur la tête, en équilibre. Le mec se dit: "C'est pas encore terrible, si on tombe, on doit attraper plein d'échardes à la tête ; essayons la troisième porte"

Cette fois la pièce est remplie de personnes assises sur des chaises, tout le monde est dans la merde jusqu'aux genoux, mais les gens sont en train de boire le café et de manger des biscuits. Alors le type se dit: "Hmm, passer l'éternité sur une chaise, même si on a les genoux dans la merde, c'est toujours mieux que de la passer sur la tête, surtout quand on a à boire et à manger"

Alors le type va voir Satan qui l'attend et lui fait part de sa décision de choisir la troisième porte.

"Très bien" dit Satan "Tu passeras donc l'éternité dans la troisième pièce" et il l'accompagne jusqu'à la porte. Lorsque la porte s'ouvre, il entend une grosse voix à l'intérieur qui hurle :

"Pause café terminée... Tout le monde sur la tête !!"

C'est un vieil homme de 80 ans qui va voir son docteur pour un bilan annuel. Ce dernier lui demande comment vont les choses.
- Je suis en pleine forme ! répond le vieillard. Je sors avec une jeune fille de 18 ans et je l'ai mise enceinte ! Qu'est-ce que vous pensez de ça, docteur ?
- Laissez-moi vous raconter une histoire. C'est une histoire vraie. J'ai un ami qui est un passionné de chasse, il n'a jamais manqué une saison. Un jour, alors qu'il s'en allait chasser et qu'il était distrait, il se trompa et au lieu de prendre son fusil, il prit son parapluie. Alors qu'il se trouvait dans la forêt, il aperçu un ours qui fonçait sur lui. Il saisit son parapluie, l'épaula et appuya sur la poignée. Savez-vous ce qu'il se passa ?
- Non, répondit le vieillard interloqué.
- Et bien l'ours tomba raide mort à ses pieds !
- C'est impossible ! Quelqu'un a tiré à sa place...
- C'est exactement où je voulais en venir...

Mamie vient d'arriver à la maison de retraite et tout le monde est aux petits soins.
Les infirmières la baignent, lui servent un délicieux repas et l'assoient sur un fauteuil face à la fenêtre donnant sur un magnifique jardin.
Tout semble parfait, mais après un moment elle commence à se pencher lentement sur la droite ! Immédiatement deux infirmières se précipitent et la remettent bien droit sur le fauteuil.
Tout semble retourner à la normale, quand elle recommence à se pencher lentement sur la gauche ! Les infirmières accourent et une fois de plus essaient de la remettre d'aplomb.
Quelques jours plus tard, la famille arrive pour voir comment va Mamie.
- Tout se passe bien ici, ils sont gentils avec toi ?
- C'est pas mal du tout, à part qu'ils ne me laissent pas péter !

Deux chômeurs discutent :
- Je vais ouvrir un restaurant à Paris pour gagner de l'argent, ça s'appellera "ma queue Mickey"
- Ça ne marchera jamais avec un nom comme ça !
- Pourquoi, il y a bien un restaurant qui s'appelle ma queue Donald (Mac Donald).

Après avoir pris la veille au soir une cuite mémorable en faisant la tournée des bistrots, un homme s’aperçoit à son réveil qu’il a oublié son imperméable dans l’un d’entre eux. Mais il est incapable de savoir lequel. La seule chose dont il se souvienne, c’est qu’il est allé aux toilettes, et que la cuvette était en cuivre.
Alors il refait un par un tous les cafés en demandant :
- C’est chez vous qu’il y a une cuvette en cuivre ?
Et à la quinzième fois qu’il pose la question, la patronne se retourne vers l’arrière-salle en criant :
- Marcel ! Amène toi ! Il est revenu le type qui a chié dans ton cor de chasse !

C’est l’histoire de Cendrillon, qui a maintenant 75 ans. Elle est assise sur son balcon avec son chat Bob sur les genoux. Soudain, sa fée marraine apparaît. Elle donne à Cendrillon la possibilité d’exaucer trois de ses souhaits.
- Mon premier, dit Cendrillon, serait que je devienne immensément riche.
Et sa chaise berçante se transforma en or massif.
Cendrillon, très impressionnée, continue :
- Mon deuxième, serait que je redevienne jeune et belle, comme autrefois.
Et elle redevint la même jolie jeune princesse qu’autrefois.
Maintenant elle doit choisir son troisième et ne veut pas se tromper. Elle y pense longuement…
- Mon troisième, dit-elle, serait que mon chat Bob se transforme en un charmant et beau prince.
Alors Bob se transforme en un prince magnifique. Ce fut le coup de foudre immédiat entre les deux. Bob s’approche tendrement de Cendrillon et lui murmure doucement à l’oreille :
- C’est juste dommage que tu m’aies fait castrer non ?

Un homme se rend au Louvre. Soudain il s'arrête devant un tableau et lance :
- Oh, c'est très moche ça !
- C'est un Picasso, Monsieur, lui répond aimablement le guide.

Plus loin, il s'arrête de nouveau et s'écrit :
- Alors celui là il est vraiment horrible !
- Ça, c'est un miroir, Monsieur.

Deux enfants passent devant un panneau "Ralentir, école"
"Tu te rends compte !", dit l'un, "Ils ne croient tout de même pas qu'on va y aller en courant !"

Un enfant dit à un vendeur :
- Je voudrais cet avion s'il vous plaît.
- L'enfant lui donne un billet de Monopoly.
- Le vendeur lui répond : mais ton billet, il n'est pas vrai...
- L'enfant lui répond : bas oui, comme ton avion.

Un petit garçon écrit au Père Noël :
Cher Père Noël, je suis orphelin et je n'ai jamais eu de cadeaux, pourrai-tu m'envoyer 100 euros s'il-te-plaît ?

Le facteur tombe sur la lettre et ému, il fait une collecte auprès de ses collègues du centre de tri mais, ne parvient qu'à récolter 50 euros, qu'il envoie au garçon.

Il reçoit une nouvelle lettre :
Cher Père Noël, je te remercie pour ton argent... Mais ces enfoirés de postiers m'en ont piqués la moitié !